Just Over the Horizon: New Frontiers in Lithic Material Analysis and Interpretation / Par-delà l’horizon : Réflexions sur les nouvelles frontières de l’analyse et de l’interprétation des matériaux lithiques

Responsable(s): 
  • Timothy Allan, Permit Archaeologist, Tree Time Services Inc. (tim@treetime.ca)
  • Dale Fisher, Graduate Student, University of Alberta (djfisher@ualberta.ca)
  • Jolyane Saule, Graduate Student, Trent University (jolyanesaule@trentu.ca)
Courriel: 

Methods in the field of archaeological lithic analysis have been advancing rapidly in recent decades. Both destructive and non-destructive techniques, developed for geological analysis, have permitted the identification of patterns in geochemistry, mineral structure, and variations in element isotopes of lithic artifacts with ever-increasing accuracy. Archaeologists employ these analytical methods to associate lithic artifacts with procurement areas and publish findings of trade and exchange occurring in pre-contact times. More traditional methods of lithic assemblage analyses; such as morphometrics, debitage analysis, and use-wear, have drawn connections between pre-contact peoples over spans in space and time. Archaeometric publications have been generally vetted in peer-review by other archaeologists, with the occasional expert from the fields of physical science. However, conclusions presented by archaeologists can have implications on future prospects of land claim suits made by contemporary indigenous communities or nations. A discussion on the scrutiny of methods used in material studies is long overdue, with a reflection on how archaeological conclusions can impact modern indigenous nations. We propose a session to present new frontiers in the analysis of lithic materials, geologic composition and structure, material preferences of pre-contact peoples as reflected in lithic assemblages, and the interpretation of material use patterns across space and time. The intent of the session is to seek common ground between western scientific practices and contemporary Indigenous values, while recognizing that artifacts were the possessions of Indigenous people who have living descendants.


Les méthodes d’analyse lithique ont progressé rapidement au cours des dernières décennies. Tant les approches intrusives que les approches non destructives ont été utiles pour déceler des patterns dans les assemblages lithiques notamment grâce à la géochimie, à la compréhension des structures minérales ou à la variation des éléments isotopiques. Les archéologues utilisent ces méthodes analytiques, qui ne cessent de se raffiner, pour identifier des zones d'approvisionnement de matières premières et pour documenter les réseaux d’échanges. Des méthodes d'analyse plus traditionnelles, telles que la morphométrie, l’analyse de débitage ou la tracéologie, ont également contribué à la compréhension des sociétés passées. Les publications archéologiques et archéométriques sont généralement examinées par des pairs, avec l’ajout occasionnel d’experts en sciences de la terre, mais les conclusions présentées par les archéologues peuvent avoir des implications importantes sur les enjeux  actuels, particulièrement en ce qui concerne les revendications territoriales intentées par des communautés autochtones contemporaines. Ainsi, une discussion sur l'examen des méthodes utilisées dans les études lithiques est de mise et une attention particulière doit être portée à l'impact que les conclusions archéologiques peuvent avoir sur les nations autochtones d’aujourd’hui. Nous proposons une session pour présenter les nouvelles frontières de l'analyse des matériaux lithiques et de leur interprétation. L’objectif de la session est de trouver un terrain d’entente afin d’harmoniser les pratiques scientifiques occidentales et les valeurs autochtones contemporaines en plus de souligner que les artéfacts au cœur de la discussion étaient et sont les biens des peuples autochtones et de leurs descendants.