Dr. Peter Ramsden

Date d’attribution du prix: 
2012
Dr. Peter Ramsden

Né à Londres, Peter Ramsden est arrivé au Canada encore enfant et c’est à Toronto, alors qu’il était élève à l’école publique, qu’il commença à s’intéresser à l’archéologie, pour notre profit à tous. Suivant son inclination grandissante, il se joignit à l’Ontario Archaeological Society alors qu’il n’était encore qu’étudiant du secondaire, avant de se lancer dans une carrière qui l’a vu former d’autres archéologues tout en recherchant sans cesse le savoir qui donne accès à l’histoire et à la culture.

Sa formation en archéologie commença par un cursus en anthropologie à l’Université de Toronto où il obtint son diplôme de premier cycle en 1967 ; à ce moment, il avait commencé à travailler dans l’Arctique canadien et ce domaine de recherche conserva toujours son intérêt pour lui. L’année suivante, en 1968, il obtint sa maîtrise en archéologie à l’Université de Calgary, où il étudia avec Scotty MacNeish – dont on peut discerner une certaine influence dans la direction qu’ont prise par la suite les recherches de Peter, ainsi que dans l’attention qu’il portait aux méthodes de recherche et à la collaboration interdisciplinaire. Peter revint à l’Université de Toronto pour son doctorat, qu’il acheva en 1975 sous la supervision de J.N. Emerson. Sa thèse, « A refinement of some aspects of Huron ceramic analysis » [Précisions quant à certains aspects de l’analyse des poteries huronnes], fut par la suite publiée dans la série des rapports archéologiques du Canada, la Série Mercure. Elle demeure encore aujourd’hui l’un de nos documents de référence pour l’interprétation des céramiques huronnes.

Après un bref séjour à l’Université de Waterloo, Peter intégra le Département d’anthropologie de l’Université McMaster, où il demeura vingt-cinq ans. Durant cette période, il supervisa plus de vingt-cinq étudiants à la maîtrise et au doctorat. C’est également durant son séjour à McMaster qu’il acquit son statut de « vétéran » de l’archéologie iroquoïenne et également qu’il se spécialisa dans la recherche sur les Paléoesquimaux et la culture thuléenne dans l’Arctique central canadien, et dans les établissements mésolithiques et néolithiques en Irlande. En 1980-1982, Peter a obtenu deux importantes subventions du CRSH pour poursuivre ses recherches dans l’Arctique canadien. En outre, dans ses recherches portant sur la région des Grands Lacs, il a remis en question les paradigmes traditionnels. Les articles qu’il a rédigés couvrent des domaines aussi variés que les impacts des maladies sur les Iroquoïens d’avant les premiers contacts, la répartition des richesses, les schémas de peuplement, la politique, le symbolisme et le sens dans les communautés, depuis les plus archaïques jusqu’à celles précédant immédiatement les contacts. Il a produit un travail exhaustif sur le sujet de la préhistoire iroquoïenne depuis la période archaïque. En 1990, il a rédigé un article dont l’argumentation équilibrait les éléments de preuve, pour et contre, concernant un éventuel déplacement des Iroquoïens du Saint-Laurent en direction de la vallée en amont de la rivière Trent ; cet article montre l’attention qu’il portait aux significations culturelles qui imprègnent nos hypothèses au sujet du passé lorsque nous considérons le matériel archéologique.

Parallèlement à ses recherches universitaires, Peter a également grandement contribué à l’amélioration de la situation des consultants et des employés à contrat en archéologie. En compagnie de Dean Knight, il a fondé l’une des premières compagnies de consultants au pays.

Lorsque Peter a pris sa retraite, en 2001, il a étendu la zone de ses recherches sur les Paléoesquimaux et les Thuléens à l’Arctique de l’Est. Suite à cette expansion, il a déménagé à St.-John’s, Terre-Neuve, où il est devenu chercheur associé du Département d’anthropologie d’alors (devenu depuis le Département d’archéologie) à l’Université Memorial de Terre-Neuve et du Labrador. Peter vit toujours à St.-John’s et ses recherches continuent d’évoluer. Il vient de mobiliser toute son expérience acquise des deux côtés de l’Atlantique pour publier ses réflexions sur les similitudes de la préhistoire néolithique et archaïque sur les deux rivages.

Il fut, jusqu’en juin 2011, coordinateur du projet CURA, financé par le CRSH, « Understanding the Past to Build the Future » [Comprendre le passé pour bâtir l’avenir], étude multidisciplinaire d’une durée de cinq ans sur l’histoire des Métis inuit du sud du Labrador. Peter quitta ensuite ce poste pour rentrer en Ontario et retrouver ses racines avec ses recherches sur les Iroquoïens. Durant l’automne 2011, il entama un nouveau projet de recherche dans le sud de l’Ontario pour approfondir ses travaux sur les périodes archaïques et iroquoïennes.

Peter est le gérant des Copetown Press et le rédacteur en chef de la revue Occasional Papers in Northeastern Archaeology. Il a publié quatre livres, plus de trente articles scientifiques et a prononcé d’innombrables conférences et présentations publiques.