R.G. Matson

Date d’attribution du prix: 
2005
R.G. Matson
R.G. Matson

Le prix Smith-Wintemberg de l’ACA est décerné aux membres de la communauté archéologique canadienne qui ont apporté une contribution exceptionnelle à l’avancement de la discipline de l’archéologie, ou à notre connaissance du passé archéologique du Canada. En reconnaissance des contributions de R.G. Matson dans ces deux domaines, l’Association canadienne d’archéologie lui a décerné le prix Smith-Wintemberg le 14 mai 2005 lors de la réunion annuelle de l’Association à Nanaïmo, en Colombie-Britannique.

Durant plus de trois décennies, R.G. Matson a poursuivi un programme de recherches prolifique, se concentrant sur l’archéologie de la côte Nord-Ouest du Canada et du Sud-Ouest américain. Matson a obtenu son diplôme de premier cycle en 1966 à l’Université de Californie à Riverside, puis a été candidat au doctorat en 1969 à l’Université de Californie à Davis avant d’y obtenir son doctorat en 1971. Sa recherche doctorale portait sur des sondages et des échantillonnages pour examiner les schémas de peuplement dans les monts Cerbat au nord-ouest de l’Arizona, à la périphérie du Grand Bassin. Au cours des deux années (1970-1972) où il fut membre de la faculté à l’University of Northern Arizona, Matson entama son partenariat de recherche à long terme avec Bill Lipe, et tous deux créèrent le projet de la Cedar Mesa au sud-est de l’Utah.

Matson fut nommé en 1972 au Département d’anthropologie et de sociologie à UBC et il ne tarda pas à entreprendre des recherches archéologiques sur la côte pacifique. Durant les 32 années qui suivirent, jusqu’à sa retraite en juillet 2004, Matson dirigea des campagnes de fouilles en Colombie-Britannique, tant dans les régions côtières (détroit de Georgia) que dans celles de l’intérieur (Chilcotin) – spécialisation qu’il a conservée jusqu’à ce jour. Durant ce temps, il a conservé le même intérêt scientifique pour l’archéologie du Sud-Ouest américain et en particulier pour la région de la Cedar Mesa en Utah. Outre son intérêt pour ces régions, Matson a été un pionnier dans le domaine des échantillonnages au niveau régional et dans celui des études de l’habitat de subsistance, ainsi que des méthodes quantitatives dans l’analyse archéologique. Nous exposons ici ses contributions à l’archéologie canadienne.

La liste des publications de Matson commence en 1970 par un article écrit en collaboration et paru dans Science qui présentait l’emploi des méthodes de taxonomie quantitative dans l’étude des assemblages archéologiques. Peu après son arrivée à UBC, il appliqua sa méthode quantitative à l’étude de la variabilité entre les assemblages dans la région du détroit de Georgia, et il publia son étude dans Syesis en 1974 ; son approche par « regroupements et échelles » est devenue la marque de fabrique de nombre d’études subséquentes menées par ses étudiants et par lui-même.

La première campagne de fouilles de R.G. Matson sur la côte Pacifique fut réalisée sur le site de Glenrose Cannery, en 1973 ; il y a identifié une séquence d’occupation longue de 8000 ans dans le delta du Fraser, séquence qui a précisé l’histoire culturelle de la région et procuré les premières études détaillées sur les schémas de subsistance et d’adaptation dans la région du delta de ce fleuve. La monographie qui en est issue, parue par la suite dans la Série Mercure (en 1976), est une lecture incontournable pour tout étudiant s’intéressant sérieusement à l’archéologie de la côte Nord-Ouest.

Matson s’est ensuite intéressé au plateau de l’intérieur de la Colombie-Britannique, et y a dirigé des fouilles en 1974 pour identifier les schémas de peuplement au confluent de la rivière Chilcotin et du fleuve Fraser. Il s’agissait du premier échantillonnage et du premier repérage au niveau régional, ainsi que de la première recherche sur les schémas de peuplement et de subsistance au niveau régional, menés sur le plateau occidental de l’Amérique du Nord. Son intérêt pour l’intérieur se poursuivit au cours de la décennie suivante. Le projet Eagle Lake compta quatre saisons de fouilles (1979, 1983, 1984 et 1985) et se concentra sur l’identification des Athapascans dans les données archéologiques et sur la datation de la migration des Athapascans dans la région de la Chilcotin ; il étudia également l’ethnoarchéologie des schémas d’utilisation du territoire dans les terres hautes de la région de la Chilcotin. Au cours de cette recherche, Matson élabora la méthode de « l’approche historique en parallèle direct » en entreprenant deux investigations en parallèle (à l’embouchure de la Chilcotin et à Eagle Lake) pour identifier les variations dans les séquences qui pourraient être attribuées à la migration athapascane.

Tout au long des années 1980 et 1990, Matson a été à l’origine de nouveaux projets de terrain dans la région du détroit de Georgia pour étudier le schéma de développement ethnohistorique de la côte Nord-Ouest. Sur la côte, ses recherches se concentraient sur les schémas d’adaptation des peuples du littoral, le développement de l’économie de la conservation du saumon, le développement de la complexité culturelle et l’archéologie domestique. Outre de nombreux projets à petite échelle, il entreprit des chantiers de fouilles majeurs sur les sites de Beach Grove (1980) et de Crescent Beach (1989-1990) dans le delta du Fraser, ainsi que des sondages et des fouilles sur le site de la pointe Shingle sur l’île Valdes, dans le détroit de Georgia en 1995-1996.

Les études de R.G. Matson sur la région côtière et sur le plateau de l’intérieur, ainsi que ses recherches dans le Sud-Ouest américain, ont résulté en un flux ininterrompu de publications durant trois décennies, parmi lesquelles cinq ouvrages dont il est l’auteur ou le directeur (plus un en cours de publication), onze articles de revues savantes avec évaluation par les pairs, douze chapitres de livres, ainsi que de nombreuses parutions dans des actes de conférences, rubriques encyclopédiques et comptes rendus de livres. Parmi les revues dans lesquelles il a publié, on compte Science, American Antiquity, Journal of Field Archaeology, BC Studies, Syesis, Kiva et Muse. Nombre de ses publications, comme sa monographie sur les fouilles de Glenrose, sont considérées comme des incontournables des études en archéologie de la côte Pacifique. En plus de produire des rapports sur ses propres recherches, Matson a été le co-auteur d’un ouvrage de synthèse majeur, publié en 1995 par Academic Press, et qui est devenu le manuel indispensable des étudiants en archéologie de la région : The Prehistory of the North-West Coast. Plus récemment, il a codirigé la publication de Emerging from the Mist : Studies in Northwest Coast Culture History, recueil d’articles présentant la fine pointe de la recherche interdisciplinaire sur les sociétés de la côte pacifique avant la période de contact.

Au cours de sa carrière de professeur à UBC, Matson a supervisé plus de quinze étudiants de second et troisième cycle et a également siégé sur les comités d’évaluation de deux fois plus d’étudiants. Les cours qu’il enseignait allaient de l’incontournable « Archéologie en Colombie-Britannique » aux cours d’introduction à l’archéologie, aux méthodes d’analyse et à dix chantiers écoles sur la côte et dans l’intérieur. Durant tout ce temps, il s’est véritablement voué au renforcement de la présence de l’archéologie à l’UBC. Il a établi et entretenu des critères d’excellence pour ses nombreux étudiants, dont beaucoup ont poursuivi une carrière dans la discipline. Véritable archéologue de terrain, il s’est efforcé d’incorporer autant que possible le terrain à ses cours, y compris le dorénavant légendaire « Anthropologie 420 », qui consistait en une fin de semaine d’excursion sur les sites, campement (qu’il pleuve ou qu’il vente) et ragoût de palourdes dans les îles Gulf.

R.G. Matson a été plusieurs fois directeur du Laboratoire d’archéologie de l’UBC et il en a fait une unité distincte au sein du Département d’anthropologie et de sociologie. Il a également eu trois mandats de conservateur de la Section archéologique du Musée d’anthropologie de l’UBC, durant lesquels il a contribué à l’élaboration de l’exposition archéologique permanente, tout en supervisant les expositions temporaires et itinérantes ainsi que la programmation publique.

Pour résumer, R.G. Matson a énormément contribué à l’archéologie de l’Amérique du Nord en général et à l’archéologie de l’Ouest canadien en particulier. Étant donné le nombre de ses rapports de recherches et de ses publications, sa réputation d’expert en archéologie de la côte pacifique est bien établie. Il a travaillé inlassablement, durant trois décennies, à faire progresser nos connaissances des cultures anciennes de la côte pacifique et du Sud-Ouest américain. L’Association canadienne d’archéologie veut honorer les grands accomplissements de R.G. Matson en lui décernant le prix Smith-Wintemberg.

David Pokotylo

Photographies :

R.G. Matson et Diane Lulua sur le terrain à Eagle Lake en 1983.

R.G. Matson recevant le prix Smith-Wintemberg des mains de David Pokotylo à Nanaïmo (avec l’aimable autorisation de Madonna Moss).