Richard G. Forbis

Date d’attribution du prix: 
1984
Richard G. Forbis

Depuis son entrée en fonctions à la Fondation Glenbow, en 1954, Richard Forbis a consacré quelque trente années à l’archéologie de l’Ouest du Canada, en portant un intérêt particulier à l’étude des peuples anciens. Il est personnellement à l’origine du premier programme d’investigations archéologiques systématiques en Alberta, et il a entrepris un travail de terrain exhaustif à travers toute la province. Il poursuit encore ses investigations archéologiques à ce jour, et au cours des dernières années, il a élargi ses centres d’intérêts en matière de recherche aux études des cultures anciennes comparables en Amérique du Sud et en Amérique centrale.

Le docteur Forbis a reçu une bourse de recherches de la fondation Killam en 1977, et on peut découvrir son nom dans des répertoires aussi prestigieux que American Men and Women in Science, Leaders in Anthropology et le Who’s Who américain. Son curriculum vitae énumère plus de 60 publications.

Le docteur Forbis s’est personnellement impliqué dans de nombreux aspects du développement du Département d’archéologie de l’Université de Calgary, car il en était le premier archéologue. C’était le premier département universitaire canadien à se préoccuper spécifiquement de l’enseignement en archéologie. Il a sans cesse enseigné dans ce département, et a eu une énorme influence sur la carrière de nombre d’archéologues qui détiennent aujourd’hui des postes universitaires ou des fonctions apparentées à travers tout le Canada.

En tant que président des Audiences publiques sur la Conservation des ressources archéologiques et patrimoniales de l’Alberta en 1972, le docteur Forbis a joué un rôle incontournable dans le développement de la Loi de l’Alberta sur les ressources historiques. Cette loi, qui a fait date, fut promulguée directement à la suite de la publication du rapport de ces audiences, et a inauguré une nouvelle ère de politique publique patrimoniale au Canada. Nombre des articles de cette loi ont été adoptés par d’autres juridictions provinciales et territoriales, mais au moment où elle a été promulguée, elle était sans précédent au Canada et elle représentait un véritable aboutissement des efforts consacrés à convaincre la population de la nécessité de protéger les ressources historiques. Les principes énoncés au cours du processus des audiences publiques et promulgués par la suite par le gouvernement albertain reflètent clairement les principes qu’a prônés tout au long de sa carrière le docteur Forbis, par écrit, en paroles et en actes.

Sur la base de ses importantes contributions à la recherche, à l’enseignement, et à l’éveil de la conscience publique, le bureau exécutif de l’Association canadienne d’archéologie a le plaisir de remettre le prix Smith-Wintemberg à Richard G. Forbis, pour son exceptionnelle réussite.

Robert R. Janes

Président

Association canadienne d’archéologie

(Merci à Bill Byrne qui a rassemblé la plupart des informations sur lesquelles se basent ces remarques)

Ce texte a été auparavant publié dans le Journal canadien d’archéologie (vol. 8, no 1, pp. 1-2, 1984)